•  07 83 05 22 08

200 ans d'histoire




Le moulin "Couture" photo ci contre , vue en 1915 prise en aval du pont (pont refait dans les années 60), on distngue à gauche la maison Ponnau.
Ancien moulin banaI, il fut la propriété du Prince Rohan de Rochefort, ancien seigneur de la commune au moment de la révolution.
Le moulin fut incendié en 1793 et reconstruit peu de temps après.


Il est acheté en 1851 par Jean-Marie Bianne et par Jean Marie Couture en 1936.
Il est propriété de son fils René depuis 1955.

 


Entre temps, le Moulin s’était doté d’une partie boulangerie dont il reste un vestige : la porte du four encastrée comme décor sur le mur du hangar. Cette boulangerie occupait l’emplacement de la partie commerce (la porte est d’époque), le four démolie dans les années soixante-dix était à l’arrière. L’activité boulangerie a été abandonnée dans les années cinquante car transférée sur un autre lieu du village (« la boulange »).
Jean Marie a eu 3 fils : Louis qui a repris la boulangerie, René le moulin et Gaby qui est devenu instituteur et qui a terminé sa carrière à Bénac.
Le moulin a été « modernisé » en 1952 avec la mise en place de meules à cylindre. Cette transformation en minoterie lui a permis de fonctionner jusque dans les années 1980. Si le cadastre de 1817 ne fait figurer qu’une seule construction quadrangulaire (le moulin seul) , différents corps de bâtiment vont petit à petit constituer un ensemble dédié, dans un premier temps à la meunerie et à la boulange, vente d’alimentation pour le bétail vont compléter les premières activités. La station-service et l’ancien bâtiment de la boulangerie s’aperçoivent depuis la rue. La fonction « moulin » se devine par la construction sur le cours d’eau et le canal de fuite visible depuis le pont sur l’Echez, mais le moulin lui-même n’est pas facile à identifier. Une porte cochère à large encadrement de marbre et clé sculptée se cache au fond de la cour.

C’est un véritable multi-service qui existait dans ce lieu où se côtoyaient plusieurs commerces complémentaires. Il faisait partie intégrante de la vie économique du village et beaucoup de bénacais gardent en mémoire l’activité de ce lieu animé par Marie Thérèse dit « Maité », l’épouse de René, personnage oh ! combien attachant avec son verbe si prolixe et son extrême gentillesse. René et Maité ont cessé leur activité professionnelle dans les années 90 , le site est resté en gérance jusqu’en 2014, date à laquelle il n’y a plus eu d’activité.







 
René Couture
le dernier meunier
Navigation sur le canal de fuite dans les années 60 !
On reconnait le capitaine en la persone de Mr Georges Astugueveille
Maire de Bénac (... déjà à la barre !!)




Le témoin d'une époque révolue


Une porte cochère à large encadrement de marbre et clé sculptée se cache au fond de la cour. C’est l’entrée du moulin. Les différents équipements s’étagent sur trois niveaux d’élévation :
- Rez de chaussée : l‘accès aux vannes, commande de la turbine et les meules
- 1er étage : Le système de tri et séparation de la farine et des issues (le planchister)
- 2 étage : le système de tri et de nettoyage des grains avant le passage aux meules



L’ensemble des différents niveaux est relié par un système de goulottes équipées de vis sans fin ou d’élévateurs à godets qui amène le grain et farine dans les différents niveau..
Cet équipement minotier a investi l’ensemble des étages du moulin et il est rare de trouver un ancien moulin ayant évolué en minoterie encore dans cet état de conservation.
Celui-ci témoigne de l’évolution des techniques, de la transformation d’un moulin de piémont en minoterie artisanale.

Avis aux collectionneur et restaurateur de moulin : il est possible d'acquerir l'ensemble des équipements en place.



A noter également le fait qu'il serait certainement possible d'installer une micro centrale à partir de la turbine existante. La retenue d'eau est en état et le droit d'eau toujours d'actualité